DSC00674

Ce matin, main dans la main, j'ai parcouru ce chemin une dernière fois. Nous étions en retard comme bien souvent mais qu'importe puisque ce matin était différent.

Je me sentais plus légère, soulagée de me dire qu'à présent il pourrait davantage se reposer. Au moins jusqu'à la rentrée. Moins de "allez dépêche toi on est en retard" lancés à tout va à un enfant encore pris par le sommeil.

Et puis il y a eu l'escalier qui mène à la classe, les derniers échanges de l'année avec la maîtresse et puis voilà c'est fini, l'école maternelle va laisser place à l'école élémentaire. Fini d'accompagner son enfant jusqu'à sa classe, fini les petits échanges du matin...

Et puis ce soir, le coeur est plus lourd, je me dis que les enfants grandissent trop vite, que j'ai parfois l'impression de ne plus rien contrôler, que tout m'échappe. Mon amie Sandrine me citait l'autre jour la chanson "Moins vite" de Bénabar qui dit :

On vous dépose à la crèche un matin
Qu'on vous récupère en CM1

J'exagère à peine...

Parfois mon zébulon fait grand, parfois il me semble encore si petit, aujourd'hui il m'a dit qu'il avait visité son école, que les grands s'étaient moqués de lui, qu'il avait oublié de dire au-revoir à son amoureuse, qu'il ne la reverrait pas puisqu'elle change d'école, qu'il s'était confié à son copain Paul, que sa classe allait accueillir de nouveaux enfants à la rentrée, que tout avait été rangé.

Il m'a dit qu'il avait visité une salle d'étude, qu'il pourrait jouer aux billes et aux élastiques mais pas aux voitures. Que les maîtresses avaient l'air sévères.

Nous avons récupéré tout le travail de l'année, il s'est empressé de me le montrer. Il faisait l'école à sa petite soeur : Combien y a t'il de syllables dans le mot voiture margot ? Il m'a demandé sur le chemin ce soir si quand on était mort on restait allongé ou bien si on montait dans le ciel... Il s'est amusé à faire gonfler ses doigts sous la pression des élastiques et ça m'a mise hors de moi maintenant je retire de la chambre tout élastique égaré avant le coucher.

En passant devant un immeuble en construction, il m'a dit qu'il voulait être peintre pour peindre des tableaux et faire des histoires mais il est aussi très attiré par les policiers.

Mon petit bonhomme grandit, grandit bien trop vite à mon goût, c'est passionnant bien sur, tout ce qu'on se dit, tout ce qu'on échange, toutes ces transformations mais punaise ça me fiche le bourdon !